Cameroun: La gestion des Points d’échanges Internet se prépare

Pour remédier à ces dépenses et venir à bout de ces difficultés liées à la connexion internet, Le Ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Jean-Pierre Biyiti bi Essam, a présidé lundi à l’Ecole des Postes, la concertation des ingénieurs et fournisseurs d’accès sur les aspects techniques relatifs à la mise en place des points d’échanges Internet au Cameroun.

Très souvent lente, la connexion est une gageure. Une situation qui s’explique par le fait que les courriers électroniques échangés sur place au Cameroun transitent d’abord par l’étranger avant de leur parvenir. Un long processus qui, d’après certaines études menées en 2003 par les structures de télécommunications, coûte très cher à l’Afrique, soit 600 millions de dollars.

 

« Il s’agit pour le Cameroun d’avoir des points d’échanges sur son territoire. Parce que ce qui se passe aujourd’hui avec Internet est semblable à ce qui se passe dans le domaine du transport ordinaire. Si pour aller de Yaoundé à Addis-Abeba, vous devez passez par Paris, cela coûte beaucoup plus cher que si on y allait directement », a-t-il expliqué.

Les points d’échanges Internet qui seront installés à Douala et à Yaoundé sont des infrastructures qui vont permettre l’échange de trafic Internet entre les fournisseurs d’accès à Internet ayant une adresse de système autonome. Cette adresse va faciliter la mise en place d’un trafic Internet local qui n’utilisera pas la bande passante internationale. Selon Pauline Tsafak, sous-directeur de la promotion et de la vulgarisation des Tic au Minpostel, ces infrastructures ont entre autres avantages de rendre la connexion fluide et d’économiser des devises.

A cette rencontre organisée en partenariat avec l’Union africaine et l’Internet Society, les participants vont plancher entre autres sur la politique de contrôle du trafic et la gestion de l’opérationnalisation des points d’échanges Internet dont les constructions vont commencer cette année.

Source: Cameroun Tribune

Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG

Publicités

Parlerait-on de Protectionnisme IT au Cameroun?

Selon Russell Southwood, Directeur Général de Balancing Act,  conseil et de recherche axé sur les télécommunications, Internet et la diffusion en Afrique, le Cameroun ne serait pas un exemple à suivre e matière de developpement IT. Il accuse l’Etat de garder le monopole , de garder le contrôle…

Capturef

Le gouvernement du Cameroun est suspendu à son monopole fournisseur de télécommunications de l’Etat , Camtel. Et le résultat est que le pays n’a pas assez de compagnies télécommunications installées. Le pays a refusé le financement de la Banque mondiale parce que cela aurait signifié la création d’un consortium de gros distinct offrant des prix compétitifs .La compagnie d’électricité du pays , AES Sonel , a longtemps nourri l’ambition d’ entrer sur le marché national de gros de fibre . La preuve de beaucoup de pays sur le continent , c’est que cela conduirait à une baisse des prix . Maintenant, le régulateur , l’ART – qui n’est pas connu pour son indépendance – et le gouvernement du Cameroun tentent de l’empêcher d’obtenir une licence . Dans ces circonstances , il est difficile de prendre au sérieux toute rhétorique du gouvernement de vouloir devenir une société de l’information , celui qui embrasse l’e-gouvernement .Jetons un coup d’œil de plus près à la situation. AES Sonel a posé plus de 700 km de fibre parce que, comme la plupart des compagnies d’électricité font, il veut être en mesure de gérer et de contrôler son réseau électrique à l’aide des liens de fibre . Le réseau a été lancé en 2011 et dispose de 96 brins . Globalement pour  les marchés concurrentiels , il est admis que plutôt que de mettre simplement juste assez pour cette tâche , une capacité supplémentaire est  incluse avec peu de frais supplémentaires . AES Sonel a alors demandé un permis de devenir un fournisseur indépendant de fibres.

Une source au Ministère des postes et télécommunications du pays déclare que le gouvernement a demandé à AES Sonel de se concentrer davantage sur l’électricité et donner ses excédents installations de fibre optique à l’Etat . Il a estimé que les télécommunications doivent rester dans les mains des opérateurs de télécommunications et que cette fonction particulière doit rester un monopole de l’État.

Le monopole de Camtel dans cette région était couverte par décret 005/MPT du 18 mai 2001 . Cette concession a été renouvelée par décret tous les deux ans jusqu’en 2007 , donc il n’y a actuellement pas de loi protégeant son monopole , sauf « le gouvernement le dit  » .

En 2009 , MTN Cameroun a tenté de mettre en place sa fibre  en commençant à rouler sur un lien 81 km à Douala , la plus grande ville dans la nation ouest-africaine. Mais le régulateur ART a fermé ce projet vers le bas avec la menace de lourdes amendes . En Juin 2013, il a émis un avertissement de Creolink , un fournisseur de services Internet  et à AES Sonel de cesser d’offrir de la fibre optique sur le marché des télécoms .
En Novembre 2013, AES a vendu l’entreprise pure et simple au fonds d’investissement britannique Actis. Avant Noël, AES Sonel a eu un autre coup à obtenir une licence de fibres optiques (..)En lock- étape , le régulateur et le gouvernement semblent faire valoir que AES Sonel ne devrait pas avoir intégré la fibre en premier lieu et, si elle persiste avec la demande de licence , la conséquence inévitable sera une grosse amende . En d’autres mots , ils disent la société devrait reculer , une forme d’intimidation parrainé par l’État qui porte atteinte à la notion de cadres réglementaires indépendants .Il n’ya pas de loi ou de décret portant monopole de vente en gros de Camtel – il comprend la station d’atterrissage du câble international , mais c’est une autre histoire – si l’ouverture à la concurrence de gros permettrait à la fois d’améliorer moins -que-parfait du service de Camtel et conduire à des prix de chuter brutalement . Le gouvernement veut AES Sonel à la main sur sa capacité de fibre de Camtel à maintenir le monopole . Paul Biya , Président du Cameroun , devrait se réveiller et faire la bonne chose pour les citoyens du pays.

Et vous? Que pensez-vous de ce protectionnisme?